Connect with us

Récits

La rencontre avec mon maître rebeu

Moi c’est Cyril, j’ai 21ans et je suis exclusivement passif. J’aime les rebeux car ils possédent un charme envoùtant. Cette histoire s’est déroulée il y a plusieurs mois. Je chattais sur un site de cul lorsqu’un mec me contacte, il me dit qu’il cherche un vide couilles.

Moi c’est Cyril, j’ai 21ans et je suis exclusivement passif. J’aime les rebeux car ils possédent un charme envoùtant.
Cette histoire s’est déroulée il y a plusieurs mois. Je chattais, comme souvent, sur un site de cul lorsqu’un mec me contacte. Plutôt cash et directe, le mec me dit qu’il cherche un vide couilles.

Je lui envoi tout de suite mon numéro pour lui montrer que j’en veux.
Quelques secondes passent, mon portable sonne. Numéro privé.

– Allo?
– Ouai tu m’as filé ton tel. Tu reçois?

Je flippe un peu car le mec a l’air trés énervé.

– Heu oui, pas de problème, je te vide les couilles… Mais tout va bien, t ‘as l’air tendu?
– J’me suis embrouillé avec ma meuf, envoie l’adresse et je viens passer mes nerfs sur toi !

La je flippe complètement, mais comme hypnotisé par la voix dur et grave de ce mec, j ‘acquiesce.
Vingt-minutes plus tard, l’interphone sonne.
Nerveux et trés excité, j’ouvre la porte et m’agenouille dans l’entrée, nu. J’entends des bruits de pas, le mec entre, et là… Ouah ! Une bombe comme on en voit rarement !
Un rebeu a la peau mate, visiblement 25-26ans, un bon mètre quatre-vingt, tout en muscle, une barbe de trois jours, le regard dur… Et pour compléter le tableau, il est looké racaille, casquette, survet gris acier, et tn noire. Rien que de le regarder, je mouille du cul, j’ai l’impression d’avoir trouvé le graal !


Il s’approche de moi, se racle bruyamment la gorge, et me lache un gros mollard en plein visage.
Surpris, j’esquisse un mouvement de recul.
Le mec se jette sur moi, m’attrape a la gorge et me dit d’ouvrir la bouche. Terrifié, j’obtempére. Et là, je reçois un autre mollard direct en bouche.

– Avale ! m’ordonne-t-il.

A la merci de ce vrai mâle, j’obéis.

– Maintenant t’es ma pute, tu vas faire ce que j’te dis sans broncher ou j’te refais le portrait !

D’un simple hôchement de tête, je m’avoue vaincu.
Jusqu’alors, je n’étais ni branché sm, ni sneackers, ni uro, mais pour lui j’ai tout accepté.

Il m’a alors plaqué le visage contre la boss volumineuse que formait sa bite sous son survet. En bonne lope, j’ai léché le tissu en l’implorant du regard de m’autoriser a le sucer.
Je n’ai pas eu a attendre très longtemps.
D’un geste il a baissé le bas de son survet, et je suis resté bouche bée.
Sa bite en érection me surplombait totalement.Je ne suis pas expert en taille de bite, mais la sienne pourrait très bien travailler dans l’industrie du porno.

Longue et monstrueusement épaisse,elle émergeait d’une touffe de poil digne d’un vrai hetero. Ses grosses couilles m’ouvrirent l’appétit.
Consciencieusement, j ‘entrepris de lui lécher la bite. Mais cela ne lui suffit pa. Sans aucune considération pour moi, il m’attrapa par les cheveux et m’empala sur son chibre. De terribles haut-le-coeur s’ensuivirent. Il me pilonnait la bouche sans pitié, me claquant les joues en même temps. Les larmes plein les yeux, je suffoquait, mais cela lui importait peu.

 

Le rythme des coups de reins s’accentua, et une pluie d’insultes m’innonda.

– Vas-y bouffe mon zob salope, fais bien ta chienne… T ‘es ma pute, tu vas devenir ma propriété sale enculé…

Les lèvres en feu, je luttais pour ne pas vomir. Mais alors que je pensais qu’il allait juter au fond de ma gorge, il s’arrêta net. Il sortit sa queue pleine de bave de ma bouche et me fit signe de le suivre, a quatre pattes.

La soirée allait être longue, mais j’etais aux anges, car je venais de trouver mon maître.

a+ Cyril (Lyon)